Suivez

la liste

Lors des crues soudaines, la contribution des cours d’eau côtiers en apport de matières en suspension au Golfe du Lion peut être très élevée : jusqu’à 90% du débit solide mensuel en période de crues soudaines (Sadaoui et al., 2016). Une meilleure compréhension de la dynamique du transport sédimentaire lors de ce type de crue est donc cruciale pour mieux prévoir et gérer les conséquences de ces événements en particulier sur les infrastructures. La mise en conformité des ouvrages en travers de cours d’eau vis-à-vis de la continuité écologique incluant la libre circulation des sédiments est une obligation des maîtres d’ouvrage. La directive cadre sur l’eau (DCE) donne un objectif de bon état écologique avec une échéance fixée au plus tard à 2027. Pour être en mesure d'assurer cette libre circulation des sédiments, il est nécessaire de pouvoir quantifier les apports amont. Le projet propose d'utiliser la modélisation numérique comme un outil de caractérisation du transport sédimentaire lors des crues soudaines avec pour objectif d'identifier les processus prépondérants, en lien avec les caractéristiques du bassin versant et du cours d'eau.
Le groupe H2O (Hydrologie, écoHydraulique et Ondes) de l'IMFT a développé depuis plusieurs années une expertise en modélisation hydrologique. Le modèle distribué à base physique MARINE (Roux et al., 2011 ; Garambois et al., 2015 ; Douinot et al., 2018), mis au point à l’IMFT, est dédié à la simulation de phénomènes jugés prépondérants dans la genèse des crues à cinétique rapide et destiné à la prévision opérationnelle (SCHAPI et SPC ). L'enjeu du travail proposé est d'intégrer à ce modèle le transport sédimentaire à l'échelle du bassin versant.