Suivez

la liste

Dans le cadre de la furtivité radar, le CEA développe des codes de calcul simulant le comportement d’objets 3D complexes. Les solveurs actuels sont construits à partir de schémas numériques dont la mise en œuvre et l'efficacité sont intimement liées aux caractéristiques et à la qualité des maillages utilisés. Le manque de souplesse de ces schémas dans la phase de construction de ces derniers tend à devenir un goulot d'étranglement.
En effet, les besoins accrus en simulation 3D (montée en fréquence, environnements complexes et hétérogènes, etc.) impliquent à la fois une construction du maillage très chronophage, mais aussi parfois des défauts de qualité dans le maillage. Ces défauts limitent rapidement les performances numériques du solveur : la conformité requise entre les mailles ainsi que leur niveau maximum de déformation locale exigé peuvent entrainer une augmentation significative de la taille du système linéaire global ainsi qu’une dégradation de la qualité des résultats numériques.

Les objectifs généraux de la thèse sont : d’une part, de développer des schémas numériques basés sur un nouveau paradigme de discrétisation, intitulé « méthode des éléments virtuels » (VEM) pour les équations intégro-différentielles en électromagnétisme dans le domaine fréquentiel, permettant des approximations conformes et de bonnes qualités sur des maillages quelconques (polyédriques, non-conformes, etc.) et, d’autre part, de les valider par comparaison avec des approches traditionnelles.
Les perspectives sont la mise en place de ces méthodes dans les codes de calcul existants afin d’améliorer les performances de ces derniers et ainsi d’assurer la capacité à traiter les nouveaux défis en simulation électromagnétique.

Pour davantage d'information, voir le lien :
http://www-instn.cea.fr/formations/formation-par-la-recherche/doctorat/liste-des-sujets-de-these/methode-des-elements-virtuels-pour-l-approximation-de-problemes-integro-differentiels-en,21-1017.html